Nicolo Milioto a tenté d'extorquer 150 000 $ à IPEX, dit Cadotte

Michel Cadotte, directeur des ventes pour la division municipale d'IPEX, a soutenu à la commission Charbonneau que Nicolo Milioto a tenté en 2006 de lui extorquer, en vain, quelque 150 000 $ pour l'aider à placer ses tuyaux à la Ville de Montréal.

M. Cadotte a dit qu'il avait tenté sans succès, jusqu'à cette époque, d'intéresser la Ville à ses tuyaux TerraBrute dans ses contrats jusqu'à ce qu'une rencontre avec le patron de Mivela Construction débloque la situation.

Et en effet, quelques semaines après la rencontre avec M. Milioto, celui qui était alors directeur de la réalisation des travaux à la Ville de Montréal, Robert Marcil, publie une directive dans laquelle il est écrit qu'en raison des problèmes rencontrés avec les tuyaux de fonte, leur utilisation est suspendue au profit du tuyau d'aqueduc de type PVC TerraBrute d'IPEX ou équivalent.

Seulement, par la suite, M. Milioto lui demande 150 000 $ en argent comptant pour récompenser trois personnes à la Ville de Montréal. M. Cadotte en parle alors à son patron qui lui dit n'avoir aucune intention de payer: «Michel, on paiera pas pour travailler, on travaille pas comme ça.» Il en informe M. Milioto.

Michel Cadotte dit qu'il s'est douté, après la rencontre avec Milioto, qu'IPEX n'allait plus vendre de tuyaux pour des contrats de la Ville de Montréal. Il ne sait pas qui étaient les trois personnes qu'il aurait dû récompenser, selon M. Milioto.

M. Cadotte dit qu'IPEX a vendu ailleurs au Canada les tuyaux qu'il pensait pouvoir placer dans des contrats de la Ville.

Il confirme par ailleurs avoir rencontré en janvier 2007 l'ex-ingénieur de la Ville de Montréal Gilles Surprenant pour comprendre ce qui se passait. Ce dernier lui a dit, comme l'a d'ailleurs rapporté M. Suprenant à la commission, qu'il ne pouvait rien faire pour lui.

M. Cadotte conclut en disant que, par la suite, IPEX a de nouveau, et encore en vain, relancé la Ville pour l'intéresser à ses tuyaux.

Les tuyaux d'IPEX écartés d'un chantier de Surprenant

Lors de son témoignage le 24 octobre dernier, l'ex-ingénieur à la Ville de Montréal, Gilles Surprenant, avait en effet mentionné le nom de M. Cadotte en lien avec un contrat réalisé en 2006.

Mais son interprétation des faits s'avère bien différente de celle livrée en commission ce jeudi par M. Cadotte.

Le contrat dont a parlé M. Surprenant, remporté par l'entrepreneur Bentech, nécessitait notamment la pose de conduites d'eau secondaires en fonte. Seulement, le fournisseur prévu a rencontré quelques difficultés techniques.

Elles ont été vite résolues, soutient M. Surprenant, mais entre-temps, Robert Marcil avait envoyé une directive (voir ci-haut) pour que l'on se tourne vers des tuyaux TerraBrute, que seule la compagnie IPEX fabriquait.

«Nous, les ingénieurs, les concepteurs, puis les gens de la surveillance, et puis même les entrepreneurs nous disaient que ça n'avait pas de bon sens de poser de tels tuyaux parce que ce n'était absolument pas nécessaire et puis que, au chantier en plus, c'était beaucoup plus long à réaliser», a dit M. Surprenant.

Ils ont donc fait pression sur Robert Marcil qui est revenu, quelques semaines plus tard, au projet originel de recourir à des tuyaux de fonte.

C'est alors que M. Surprenant dit avoir reçu un appel de Michel Cadotte avec qui il va dîner (selon M. Cadotte, c'était en janvier 2007).

«Je ne sais pas quel genre de promesse ou d'intention qu'il avait eue, mais c'est que la firme IPEX avait commandé, si je me souviens bien, environ 10 000 mètres de tuyaux TerraBrute et qu'ils pensaient, évidement, que ces tuyaux-là allaient être posés dans nos contrats à la Ville de Montréal», explique alors M. Surprenant.

Il a répondu à M. Cadotte, qui était «mal pris», qu'il ne pouvait rien faire pour lui.

Lino Zambito avait expliqué, le 2 octobre dernier, que cette pratique de certaines villes de demander des tuyaux particuliers avait pour effet d'accorder un monopole aux fournisseurs en question.

L'entrepreneur, propriétaire d'Infrabec, avait donné l'exemple d'un contrat pour la pose d'une conduite d'eau principale qu'il avait effectuée le 25 octobre 2004 dans Montréal-Nord. La Ville, disait-il, exigeait le recours à des tuyaux en béton armé Hyprescon. Or, à l'époque, il n'y avait dans la région qu'une compagnie, appartenant à Tony Accurso, qui en fournissait.

Notons pour la petite histoire que ces deux contrats ont été décrits comme ayant été arrangés par MM. Surprenant et Zambito. M. Surprenant a notamment touché 20 000 $ de Bentech. Lors de son témoignage, ce dernier avait reconnu avoir, en tout, touché durant sa carrière plus de 700 000 $ en pots-de-vin.

André Durocher avait enfin déclaré mercredi que des municipalités pouvaient exiger des tuyaux des compagnies L'Écuyer et fils ou Tremca pour certains contrats. Il a dit qu'à son avis, des produits équivalents étaient d'aussi de bonne qualité.

Les plus populaires