«Tout le monde en parle»: Justin Trudeau s'explique

[image] «Tout le monde en parle»: Justin Trudeau s'explique

En février dernier, Justin Trudeau a déclaré qu'il songerait à faire du Québec un pays si le Canada accumulait les mesures rétrogrades. De passage à «Tout le monde en parle», il a assuré qu'il était bien conscient de la controverse que sa déclaration allait susciter. Il a maintenu qu'il n'avait fait que «dire tout haut ce que tous pensent tout bas».

Pour la première fois de sa carrière, Justin Trudeau a été accusé d'avoir tenu des propos «souverainistes», voire d'avoir renié le fédéralisme si cher à son père. «Si je me reconnais moins dans le Canada, c'est qu'il y a une grande inquiétude. [?] On a besoin du Québec, on a besoin du Québec dans le Canada.» Il continue à croire que la souveraineté ne serait «pas bon» pour le Canada. Selon lui, les politiques de Stephen Harper minent les valeurs canadiennes et dénaturent le pays.

Sa déclaration l'a exposé à de nombreuses critiques, tant en Chambre que dans les journaux. «Je dis gare à ceux qui pensent que je ne suis pas le fils de mon père.» Celui-ci, à qui il voue beaucoup d'admiration, était d'abord «un grand papa». Il est d'ailleurs convaincu que pour être un bon politicien, il faut d'abord être un bon papa. C'est ainsi pour rester auprès de sa famille qu'il a refusé de se participer à la course à la chefferie du Parti libéral.

L'homme politique a également parlé de son implication dans des organismes communautaires. Il s'est aussi positionné contre la hausse des droits de scolarité. «On n'investit pas assez dans l'éducation. Il faut investir dans l'accès à l'éducation. [?] On devrait avoir plus de bourses, plus de prêts, pour diminuer l'endettement des étudiants. » Selon lui, il devrait y avoir d'autres façons de financer l'éducation que d'augmenter le coût des études post-secondaire.

Il organise par ailleurs un combat de boxe dont les profits seront versés à la recherche pour le cancer de la prostate. Il se battra contre le sénateur conservateur Patrick Brazeau , avec qui il avoue «ne pas avoir de relation cordiale».

Justin Trudeau était accompagné de sa femme, la volubile Sophie Grégoire-Trudeay. Le couple était si heureux d'être là que chacun a échangé un baiser avec Dany Turcotte, l'un au début de l'émission, l'autre à la fin!

Alexandre Despatie

À la dernière Coupe du monde, Alexandre Despatie s'est qualifié pour les Jeux olympiques (JO) de Londres. La compétition marquait son retour au tremplin après plus d'un an à soigner une blessure au genou.

Il avoue d'emblée qu'il a eu peur de ne pas se rendre aux JO. «J'ai travaillé très fort. Ça a été difficile. [...]  J'ai été un an et demi à l'écart de la compétition. Avant la Coupe du monde, j'ai eu un mois d'entraînement de qualité, ce qui est très peu, surtout après un arrêt d'un an.»

Alexandre Despatie s'est entraîné très fort et il a même perdu du poids. En compétition à la Coupe du monde, il disait à ses collègues à quel point il était heureux d'être là. «Ça va probablement être mes derniers Jeux olympiques.» Il espère réaliser son rêve à Londres, soit celui de remporter une médaille d'or.

Claude Legault et Valérie Blais

Les comédiens Claude Legault et Valérie Blais sont les têtes d'affiche, avec Guy A Lepage lui-même, du film «L'Empire Bo$$é». «C'est une comédie sur un illustre crosseur [?] On en fabrique quand même des pas pire au Québec», lance Legault, qui a pris 16 livres et s'est teint en blond pour son rôle.

Le long métrage est une comédie et une satire politico-financière qui se déroule au Québec, des années cinquante à aujourd'hui. «On rit tout le long. On peut se payer la traite», croit le comédien. Dans la réalité, les bandits en cravates l'indignent. «C'est un peu des assassins quelque part. Ils détruisent des vies.»

Valérie Blais est maman depuis peu. Elle s'implique dans l'organisme Assistance maternelle, qui vient en aide aux mères en difficultés. Elle prépare également un spectacle d'humour solo, tout comme Claude Legault. «C'est très difficile écrire du stand-up.»

Marguerite Blais

La ministre responsable des Aînés Marguerite Blais a défendu les actions de son gouvernement en matière de soins des personnes âgées.

La mauvaise gestion de plusieurs Centres d'hébergement et de soins longue durée (CHSLD) a récemment fait les manchettes. «Je trouve que la situation est inacceptable», a affirmé avec force la ministre. Selon elle, depuis 2004, de nombreuses actions ont été prises afin de lutter contre la maltraitance : un plan d'action a été mis en place, des centres ont été rénovés.» Je suis là pour défendre les aînés», a-t-elle martelé.

Elle dévoilera bientôt le programme «Vieillir chez soi», qui présentera une série d'actions afin de permettre aux aînés de passer leurs dernières années à domicile. «Au conseil des ministres, je suis l'ombudsman des aînés», a-t-elle répété.

Ali Ammar

Ali Ammar tient le rôle principal du nouveau film d'Ivan Grbovic, «Roméo Onze». Étudiant en psychologie, il effectue dans cette production ses premiers pas au cinéma.

Le long métrage raconte l'histoire de Rami, qui se cache derrière son écran d'ordinateur pour séduire une femme. Comme lui, son personnage est atteint d'un handicap aux jambes, qui rend difficile le fait de marcher. «On a tous un handicap, on a tous quelque chose à surmonter, dit-il. Le mien est plus visible. De dire que je suis limité, je ne vais jamais accepter ça.»

«Je vais mourir en essayant d'accepter qui je suis. C'est un apprentissage de tous les jours», a-t-il ajouté.

Docteur Jean Wilkins

Le docteur Jean Wilkins a soigné plus de 2500 adolescents anorexiques en carrière. Il a fondé en 1974 la section de médecine de l'adolescence au CHU Saint-Justine.

Son approche, qu'il détaille son livre «Adolescentes anorexiques : plaidoyer pour une approche humaine», s'éloigne des traitements traditionnels. « Il faut essayer de comprendre ce que signifie pour elles leur maladie, à ce moment-là de leur vie. On va essayer de comprendre qui vous êtes, pourquoi vous avez besoin de cette identité anorexique pour être. L'anorexie, c'est une impasse identitaire.»

Selon le Dr Wilkins, les cas d'anorexie féminine ne diminuent pas. «Elles ont tellement été tellement parfaites. On dit que ce sont des enfants modèles, mais ce sont des enfants modelés.» Il y a toutefois de plus en plus de garçons anorexiques prépubères, note-t-il.

Sophie Grégoire-Trudeau a révélé avoir déjà consulté le docteur Wilkins. Adolescente, elle souffrait de troubles du comportement alimentaire.

Jian Ghomeshi

L'animateur de «Q», Jian Ghomeshi, était de passage à «Tout le monde en parle» dimanche. Son émission, diffusée à la radio et à la télévision de CBC, est une des plus écoutées au Canada anglais. «Elle s'intéresse à la culture, prise dans son sens le plus large, du punk rock à la littérature.»

Jian Gomeshi est à Montréal pour quelques jours afin de tourner deux émissions spéciales consacrées au Québec francophone. ««Au risque de paraître lèche-botte, ce qui se fait au Québec, et particulièrement en français, est important puisque ça fonctionne.» Selon lui, les deux solitudes existent toujours «culturellement».

L'animateur a mené plusieurs entrevues célèbres, dont une avec Leonard Cohen, qui a l'habitude de ne jamais en donner, et avec Billy Bob Thortnon, qui est devenue virale sur le Web.

Les plus populaires