LNH - Canadien - Cammalleri « meilleur que jamais »

BROSSARD - Le Canadien est peut-être 12e dans l'Association de l'Est. L'équipe vient peut-être de se faire servir une leçon de hockey par les Blues. Mais à se promener dans le vestiaire, on se croirait avec les Oilers de 1985.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Au lendemain d'une soirée où son trio s'est fait prendre sur deux des trois buts des Blues, Michael Cammalleri respirait la confiance. Et ce, même si, avec 22 points en 37 matchs, il est en voie de connaître la pire saison de sa carrière depuis ses 15 points en 31 matchs en 2003-2004.

« Je n'ai pas oublié comment jouer au hockey en 30 matchs, a mentionné l'attaquant du Canadien. Je sais que je suis un meilleur joueur maintenant que jamais. J'ai entièrement confiance en mes moyens.

« Je vais toujours tenter de m'améliorer. C'est pourquoi je peux vous dire que je suis meilleur que l'an passé et qu'il y a deux ans. »

Cammalleri transpire toutefois la frustration par moments, comme en fait foi cette flèche adressée à qui de droit.

« Je ne joue pas autant qu'avant, donc je dois travailler plus fort à l'entraînement pour garder la forme », a-t-il mentionné.

Cammalleri a tout de même admis que les temps sont durs pour lui et ses coéquipiers.

« C'est difficile par les temps qui courent, la situation me dérange beaucoup. »

Subban aussi

Comme Cammalleri, P.K. Subban parlait lui aussi comme un joueur d'une équipe championne. Pourtant, son entraîneur-chef lui a envoyé un bel avertissement à l'entraînement en lui préférant Yannick Weber à la pointe dans la première vague de l'avantage numérique, avec Tomas Kaberle.

Weber reviendra donc au jeu par la grande porte, avec du temps d'utilisation en attaque massive. Le Suisse a raté les trois derniers matchs des siens.

De son côté, Subban ne semblait pas s'en faire. Dans la défaite de mardi contre les Blues, le flamboyant défenseur a tenté neuf tirs. Quatre ont été bloqués, trois ont raté la cible, si bien que Jaroslav Halak a seulement eu à réaliser deux arrêts contre lui. Le Tricolore a été blanchi en trois occasions en avantage numérique.

« Je ne m'inquiète pas avec les tirs ratés, ça fait partie du jeu, a plaidé Subban. Peut-être que les équipes bloquent mieux les lignes de tir. Peut-être que je prends trop de temps à dégainer. Peut-être que je ne suis pas assez précis. Je ne sais pas. Mais je vais continuer à jouer mon style. Parfois, j'ai six tirs et on n'en parle pas. On le dit seulement quand je rate la cible. Évidemment, j'aurais aimé toucher la cible plus souvent hier. Mais je me reprendrai. »

Le numéro 76 a rappelé qu'il y a des facteurs autres que son simple tir pour expliquer l'imprécision.

« Ce n'est pas facile d'atteindre la cible. Ce n'est pas seulement le défenseur qui doit toucher la cible, les attaquants doivent aussi nous faire de bonnes passes. Parfois, si la passe arrive une seconde trop tard, le joueur adverse a une seconde de plus pour se mettre dans la ligne de tir. »

Subban croit aussi que les tirs bloqués sont en hausse à mesure que la saison progresse.

« Tu veux simplement envoyer la rondelle au filet. Si t'as le temps d'un tir frappé, tu le fais. Sinon, tu ne le fais pas. Mais les équipes sont bonnes, on arrive à ce moment de la saison où les joueurs sont prêts à se mettre devant les tirs. Au début de l'année, tu peux t'en tirer. Mais maintenant, les joueurs se placent devant. »

Les plus populaires