Crise d'octobre : La police et Québec savaient que Pierre Laporte était mort accidentellement aux mains du FLQ

Malgré la condamnation pour meurtre des felquistes Paul Rose et Francis Simard, la mort du ministre Pierre Laporte est un homicide involontaire survenu dans un moment de panique, et le gouvernement le savait.

C'est ce que révèle le journaliste Guy Gendron dans une série documentaire réalisée pour l'émission Tout le monde en parlait.

La thèse de l'assassinat allait pourtant de soi puisque le FLQ a revendiqué l'assassinat dans un communiqué écrit de la main de Paul Rose où il annonçait que le groupe avait exécuté « le ministre du chômage et de l'assimilation. »

Le professeur d'université Robert Comeau, considéré par la police comme un des dirigeants du FLQ, revendique la paternité de l'expression contenue dans le communiqué. La thèse du meurtre a ensuite été reprise par toute la classe politique.

« Ceux qui froidement et délibérément ont exécuté M. Laporte après l'avoir vu vivre et espérer après tant de jours sont des êtres inhumains », avait déclaré René Lévesque.

Or, affirme aujourd'hui Robert Comeau, la mort de Pierre Laporte était purement accidentelle. Il explique qu'en revendiquant son exécution, le FLQ voulait montrer à la population qu'il devait être pris au sérieux.

Robert Demers était le bras droit du premier ministre Robert Bourassa pendant la crise. C'est lui qui négociait avec l'avocat du FLQ, Robert Lemieux. Il affirme lui aussi que malgré le discours officiel, le gouvernement savait qu'il n'y a pas eu de meurtre. « Le FLQ par la suite a dit qu'il l'avait exécuté, mais ça, ça fait partie de leur scénario de mensonges continuels », dit-il.

Le gouvernement Bourassa le savait parce que la police a illégalement enregistré les confidences faites en prison par Jacques Rose à son avocat Robert Lemieux. M. Rose y raconte que son frère Paul, pourtant condamné pour le meurtre, ne se trouvait même pas à la maison de Saint-Hubert lorsque le drame s'est produit. Les ravisseurs étaient sur le point d'évacuer Laporte vers un lieu plus sûr lorsqu'il s'est mis à crier et est mort, étranglé dans une bousculade.

Le felquiste Jacques Lanctôt, celui qui a lancé la crise d'octobre en enlevant le diplomate James Cross, confirme que les deux cellules du FLQ avaient décidé de coordonner leur stratégie et que jamais il n'a eu l'intention d'exécuter les otages, encore moins un seul des deux.

Cette nouvelle version des faits permet de résoudre une énigme vieille de 40 ans sur la présence d'un oreiller dans le coffre de la voiture contenant le corps de Pierre Laporte. Elle s'y trouvait pour le confort du ministre qu'on voulait transporter vers une autre cache.

La bousculade mortelle survenue au dernier instant a tragiquement mis fin à ce scénario.

Les témoignages recueilis par Guy Gendron ont aussi permis de révéler que la police, qui avait les ravisseurs felquistes de Pierre Laporte et de James Cross, avait choisi de ne pas les arrêter. Le FLQ avait par ailleurs une ambitieuse action de propagande qui aurait pris la forme d'un téléthon.

Le documentaire de Guy Gendron sera diffusé vendredi soir, 20 h, à l'émission Tout le monde en parlait, sur les ondes de Radio-Canada.

D'après le reportage de Guy Gendron

Les plus populaires