Sur le radar

Rare coup d'œil sur le Montréal d'antan

© Archives de la Ville de MontréalL’époque est aux données ouvertes et Montréal vient enfin de mettre les deux pieds dedans.

Pas plus tard que la semaine passée, la Ville annonçait la mise en ligne de son portail de données ouvertes. À l’instar des gens d’Ottawa, de Toronto, de Vancouver et d’ailleurs, les Montréalais peuvent désormais puiser à même les documents compilés par l’administration municipale.

L’information disponible sur le portail est pour l’instant relativement maigre mais devrait augmenter graduellement. On y trouve par exemple des renseignements sur l’utilisation des pistes cyclables, la localisation des casernes de pompiers et des postes de quartier de police ainsi que la liste des festivals et des événements culturels qui se déroulent à Montréal. On peut aussi y visionner les archives photographiques de la Ville, avec 110 photos déjà en ligne.


C’est ce dernier point qui a inspiré un développeur web de Montréal quand la Ville a fait son annonce la semaine passée. Patrice Fiset s’est alors empressé de miner l’information et a rapidement bâti un site web très convivial pour le visionnement de ces photos d’archive.

« Ce sont les photos qui m'ont le plus attiré, a-t-il dit en entrevue à The Gazette. C’est toujours frustrant de regarder des photos sur un site d’archives conventionnel. Si vous voulez voir toutes les photos, il faut cliquer sur chacune d’entre-elles pour qu’elles ouvrent. Il faut ensuite la fermer, et en ouvrir une autre… ça fait beaucoup de cliques pour rien! Les photos sont souvent trop petites et ce n’est pas convivial du tout pour les utilisateurs.»

Sur montrealphotos.org, les photos sont donc de très grand format et il est facile de naviguer d'une à l'autre. Fiset a dû tout refaire la charpente de son site durant le week-end pour le relancer ce lundi. Quelques petits problèmes techniques subsistent toujours, mais tout fonctionne très bien. Un site à découvrir.

Une philosophie

«Rendre accessibles les données ouvertes répond autant à une pratique qu’à une philosophie», écrivait Kimberly Silk et Jacqueline Whyte Appleby (PDF) du Martin Prosperity Institute de l’Université de Toronto en septembre dernier.

Par exemple, en rendant disponibles les recensements des usagers du service d’eau courante, une ville permet à ses citoyens de prendre la mesure de leur propre consommation en pouvant facilement la comparer à celle de leurs voisins. «Les avantages immédiats et le potentiel à long terme des données ouvertes comprennent des opérations plus efficientes pour la ville, plus d’interactions entre la ville et les citoyens, davantage de citoyens éduqués sur les données et la possibilité pour les entrepreneurs d’utiliser les données de la ville de façon innovatrice, à des fins d’usages publics ou privés», continuent les auteures.

Selon la Ville, avant même le lancement du portail, les applications de données ouvertes connaissaient déjà du succès à Montréal. « ZoneCone.ca a aidé plus de 50 000 automobilistes à éviter les chantiers de construction, peut-on lire dans ce communiqué. PatinerMontreal.ca a permis à plus de 17 000 patineurs de trouver les meilleures conditions de glace; Resto-Net.ca a aidé plus de 75 000 personnes à trouver un restaurant propre et BudgetPlateau.com a permis à plus de 600 citoyens de donner leur avis sur le budget de leur arrondissement. Votre application ou votre idée pourrait être la prochaine à venir en aide à autant de Montréalais! »

Pour en savoir davantage sur le sujet des données ouvertes, le site OWNI présente Un état des lieux de l’Open Data

Le compte Twitter de Montréal Photos